Vous vous êtes décidé à vous lancer dans l’apprentissage de l’œnologie et de tout ce qui concerne les vins et spiritueux ? Plus qu’une formation professionnelle, l’œnologie exige un art de vivre et une passion du vin.  Avant toute chose, il convient donc de trouver la formation adaptée pour le diplôme qu’on souhaite et connaître les points importants de l’étude du vin.

Pourquoi choisir une formation œnologie de qualité ? 

La dégustation de vin et spiritueux obéit à plusieurs règles qu’il faut apprendre à maîtriser.   Concrètement, l’œnologie est une approche quasi-scientifique de l’étude du vin.  Ainsi, si vous souhaitez réellement réussir dans ce domaine, vous devez opter pour une formation œnologique qualifiante, comme c’est le cas pour cette formation.

En quoi consiste l’œnologie ? 

Elle concerne toutes les étapes qui consistent à avoir un bon vin :

  • les méthodes de culture de la vigne, les vendanges ;
  • la mise en bouteille ;
  • la conservation et la fermentation du vin ;
  • la vinification ;
  • les accords mets et vins ;
  • la dégustation et les autres pratiques de consommation et de commercialisation du vin.

L’œnologie requiert des connaissances scientifiques qui ne sont obtenues que par un apprentissage sérieux. Elles incluent, entre autres, des principes de biochimie, des cours sur la fermentation, de l’agronomie, de la viticulture et même des cours de géographie viticole, afin d’en apprendre plus sur les domaines viticoles français et internationaux, ainsi que tous les plus grands crus et les millé simes qui y sont produits (Bourgogne, vins du Languedoc à cépages rouges, le vin bordelais… ).

La formation en œnologie 

Un apprentissage varié

L’étude du vin est ramifiée à plusieurs autres disciplines. En plus des connaissances basiques sur tout ce qui touche au vin, il est indispensable d’acquérir des compétences dans d’autres domaines telles que le commerce et la gestion, l’importation et l’exportation viticole, la logistique pour la gestion des caves, le tourisme viticole, le droit de la vigne et des vins.

L’amour du vin

Il est évident qu’une personne qui souhaite devenir œnologue, caviste ou encore sommelier doit, à la base, aimer le vin. Avant de se fixer sur la carrière professionnelle qu’on rêve d’entreprendre, il faut savoir dans quel domaine d’étude se spécialiser. Pour ce faire, il faut se renseigner en ligne, mais surtout participer à des événements relatifs au vin : journées portes ouvertes des académies de formation œnologiques, salons professionnels, etc.

Les différents métiers du vin 

Une formation professionnelle qualifiante permet d’obtenir des diplômes différents en fonction du domaine dans lequel on souhaite se lancer :

  • La production de vin est un secteur accessible dès le niveau Bac. On peut gérer un domaine viticole grâce à un Bac professionnel gestion et conduite d’une exploitation agricole, vigne et vin. Pour approfondir la formation et devenir viticulteur ou vigneron, il est possible de postuler pour un BTSA Viticulture Œnologie (2 ans de formation) ;
  • une licence en biologie ou en biochimie, suivie d’une troisième année en licence professionnelle dans les « métiers de la vigne et du vin », ouvrent la porte à la carrière professionnelle d’œ nologue. Il faudra toutefois faire un Master pour avoir le diplôme national d’œnologie (bachelor en œnologie) ;
  • le « tourisme viticole » ou oenotourisme, exige un BTS spécialisation en tourisme, en marketing et en techniques commerciales. Il est possible de suivre des études de commerce puis de passer un MBA en commerce international des vins. La vente des vins impose des études en vins et spiritueux.

L’importance de la dégustation en œnologie 

Il existe de nombreuses typologies de vins : vin blanc, vin rosé, vin rouge…  La dégustation permet de découvrir tous les arômes et toutes les saveurs d’un vin. C’est un moment de plaisir, mais qui sert surtout à apprécier le goût de chaque vin (des notes florales, fruitées ou épicées, des saveurs sucrées amères ou légèrement acides… ). Déjà, avant la dégustation, il faut savoir apprécier « la robe » du vin et en déceler toutes les nuances pour évaluer l’âge du vin. Tous les sens sont requis : la vue, l’odorat et le goût.